La couleur en mode mineur

Aimer la laine, c’est s’intéresser aux dizaines de races de moutons qui parsèment le territoire français. Adaptées à une géographique et une climatologie, elles ont chacune développé la toison précise dont elles ont besoin pour se protéger.

Leurs mèches peuvent être longue ou courte, ouverte ou fermée, raide ou crimpy, jarreuse ou soyeuse, blanche immaculée ou écru.

Ou beige. Ou grise. Ou grège.

Rouge du Roussillon et Tarasconnaise par « Laines Paysannes »,puis Bizet, Manech et Lande de Bretagne.

Ou chocolat. Ou anthracite. Ou taupe. Ou burel. Ou ébène.

Assemblage de prés-salés clair, Basco-Béarnaise, prés-salés foncé, Noire du Velay

Le camaïeu chromatique est tellement vaste qu’il constitue un véritable nuancier naturel, à rebours du cliché du mouton blanc standardisé. Quelle richesse !

Nous aimons beaucoup le travail d’Ozetta, créatrice en Oklahoma. Son obsession est de pousser au maximum le curseur de la créativité avec les couleurs naturelles. Et elle nous prouve qu’on peut aller très loin sans que le résultat soit fade ni morne.

Pour autant, nos clientes nous demandent de la couleur. Être professionnelles ne peut pas consister à produire uniquement ce qui correspond à notre goût. Mais notre démarche relève d’un engagement plus profond que « vendre des pelotes » donc nous devons développer une philosophie couleur cohérente avec nos valeurs.

Nous pourrions difficilement défendre un arc-en-ciel de tonalités factices ! Ce que nous aimons dans la couleur, c’est sa capacité à souligner les nuances brutes. Une touche peut suffire : une bordure, une broderie, un dédoublement discret…
Nous l’envisageons non pas comme une utilisation monochrome mais en clin d’œil en duo ou trio. Follement élégant !

Les couleurs choisies doivent également raconter quelque chose. Orange ou violet n’ont pas de cohérence dans notre univers. Notre paysage quotidien est fait de bleu et de vert, dans une infini éventail saisonnier. Ces couleurs là résonnent naturellement avec les troupeaux qu’on collecte, en racontant les plantes que les brebis mangent, ou les paysages littoraux dans lesquelles elles vivent.

Nous adorerions travailler intégralement en pigments végétaux, mais cette technicité ne rend pas possible assez de régularité et de quantité pour tricoter une grande pièce. Nous proposons donc de très petites séries teintes aux pigments végétaux par Besté Bonnard dans le Cotentin. Parallèlement, nous avons créé notre propre nuancier et teignons dans notre atelier avec des pigments écoresponsables, en veillant à une utilisation modérée de l’eau, de l’énergie pour la faire chauffer et du recyclage du bain de rinçage.
Cela nous permet de proposer des couleurs suivies avec des bains numérotés, dans des tonalités qui nous ressemblent !

Share Button